Jour 4 / Day 4

Posted on

Le réveil
C’était notre quatrième nuit et je suis agréablement surprise : je ne pensais pas dormir aussi bien sur une simple planche. Certes, j’ai un tapis de sol sous mon duvet, mais quand même : après 30 ans de confort occidental (j’ai rarement campé), je me pensais honnêtement beaucoup moins résistante à ce genre de chose. Bonne nouvelle, donc ! Et personnellement, je commence aussi à bien m’acclimater à la température et au très faible taux d’humidité.
C’était au tour de Nuno de nous réveiller ce matin : il a choisi « Pocket Full of Shells » de Mat McHugh, que je ne connaissais pas et que tout le monde a apprécié.

My bed! / Mon lit !
My bed! / Mon lit !

Night and after
It was our 4th night and I’m pleasantly surprised : I didn’t expect to sleep so well in a simple board. Of course I have a ground sheet but after 30 years of occidental comfort, I thought I was less tough as fas as this kind of thing is concerned. Good point ! And I personnaly begin to be used to the heat and the low air humidity.
It was Nuno’s turn to wake up us this morning : he chose « Pocket Full of Shells » of Mat McHugh that I didn’t know and everybody enjoyed it.

L’exercice de dépressurisation
Après l’avoir répétée hier, on a fait le véritable exercice de procédure d’urgence. C’est Louise qui a tiré au sort le rôle de l’ordinateur, la gravité du scénario et l’heure à laquelle elle devait lancer l’alerte. J’étais tranquillement en train de rédiger le journal de bord d’hier quand c’est arrivé – et c’était le scénario le plus grave : pas de recherche de fuite, on a dû évacuer en urgence. En quatre minutes, on était tous en combinaison dans le sas de décompression. Après les cinq minutes réglementaires de dépressurisation, on a pu sortir et aller nous réfugier dans le module de retour sur Terre (en fait, la caravane d’une personne de la Mars Society près de l’habitat).

Emergency training : depressurization
After yesterday’s dry run, we had the real emergency training. Louise was randomly chosen as the computer and she randomly chose the scenario and the moment when she had to give the alert. I was quietly writing the « Day 3 » post when it happened – and it was the worse scenario : no location of the hole, we had to evacuate immediately. We were all suited in the airlock in four minutes. After the five minutes of depressurization, we could go out and go to the MAV (actually the mobile home of a Mars Society’s member).

hab_01282015_in_the_airlock

C’est seulement une fois dehors, au moment d’entendre ma respiration dans le casque, que j’ai senti un pic d’adrénaline. Peut-être parce que c’était la première fois que je sortais avec le vrai casque de la combinaison (lors de ma sortie, on avait juste utilisé ceux des quads pour des raisons de sécurité). Peut-être parce qu’avant, on savait tous exactement ce qu’on avait à faire, avec qui, quand et dans quel ordre et qu’on n’a pas eu le temps de penser à l’urgence de la situation. Peut-être un peu des deux.
En tout cas, j’oscille entre concentration et excitation, pendant ces exercices : c’est à la fois compliqué et rigolo – parce qu’on ne se sent jamais en danger évidemment.

I felt adrenalin only when I was outside hearing my breath in the helmet. Maybe because it was the first time I went out with the real helmet (we used the ATVS’ helmets for my first EVA for safety reasons). Maybe because before going out, we knew exactly what we had to do, who with, when and how, and we didn’t have time to think about the emergency. Maybe both.
Anyways, I was between concentration and excitement : it is both a hard and a fun exercise to do – especially because we never feel unsafe obviously.

EVAluer les distances
C’est Nuno, Louise, Lucie et moi qui sommes allés en EVA (sortie extravéhiculaire), aujourd’hui. On est allé sur le site n°2 qu’on avait repéré lors de la première sortie pour faire l’expérience de Nuno.
Le principe est simple : il a une feuille avec une liste de 20 distances entre 1 et 10 mètres. Le cobaye se trouve derrière une ligne les yeux fermés pendant que Nuno installe une balle verte (bien visible dans ce paysage rouge) à la distance voulue. Le cobaye ouvre les yeux, regarde où se trouve la balle, ferme les yeux à nouveau et avance jusqu’à l’endroit où il pense que se trouvait la balle. Nuno mesure la distance parcourue, demande au cobaye quelle distance il pense avoir parcourue, et on recommence 20 fois.

EVAluate the distances
Today’s EVA was with Nuno, Louise, Lucie and I. We went to site 2 we explored during the very first EVA to do Nuno’s experiment.
This is quite easy : he has a sheet of paper with a list of 20 distances between 1 and 10 metres. The guinea pi gis behind a line with his eyes closed while Nuno puts a green ball (visible in this red desert) at the right distance. The guinea pig opens his eyes, looks at the ball, closes his eyes again and walk to the place he thinks the ball was. Nuno measures the distance he did, asks him how many metres he thinks he has walked and we do it again 20 times.

12S_518620_4252829_01282015_nuno_s_study

On a fait l’expérience tous les quatre et on s’est relayé pour installer la balle et mesurer les distances. Évidemment, le principe est de faire cette expérience dans un endroit comme ce désert où il n’y a aucun repère – c’est un vrai problème dans l’exploration spatiale, les astronautes sur la Lune avait bien du mal à savoir si un rocher se trouvait à 20 mètres ou à 200 mètres, par exemple.

The four of us did the experiment and we put the ball on the floor and measured the distances each time after the other. What is interesting here is to do this experiment in the place like this desert where there is no landmark – it is a real issue for space exploration. Astronauts on the Moon had difficulties to know if a rock was 20 or 200 metres away, for instance.

On a fait l’expérience avec nos casques (la perception des distances est sans doute différente sans rien), et elle avait été conduite précédemment dans un vol zéro-g avec Louise, notamment (la gravité pourrait jouer aussi). Là, Nuno ne pourra pas publier les données parce qu’il n’a pas l’autorisation de travailler avec des cobayes humains mais c’était intéressant à faire (bien qu’un peu ennuyeux et physique, ça a duré deux heures en plein soleil) et j’ai adoré faire de la science !

We did the experiment with our helmets (the perception of the distances may be different without a helmet) and it was done before during a zero-g flight with Louise (gravity can have effects too). Nuno won’t be able to publish the results because he’s not allowed to work with human guinea pigs but it was interesting to do (even though it was a bit boring and tiring because it lasted two hours under the sun) and I loved to do science !

Ensuite, Lucie et moi avons fait une séance de photos. Coucou la Terre !!

Then Lucie and I made photos. Hello Earth!!

12S_518620_4252829_01282015_lucie_and-florence

Après la sortie
La sortie a été tellement épuisante que mon corps n’était plus qu’une gigantesque courbature. La combinaison est lourde, on a eu chaud, et on a dû beaucoup se pencher et se relever pour prendre les mesures. J’apprends petit à petit à économiser chaque geste. Rien ne bouge à moins d’avoir une raison.
J’étais de dîner et de vaisselle. J’ai fait des pâtes avec Louise. Pas facile quand on n’a pas de sauce tomate ni de crème fraîche… On a pris du lait, dans lequel on a réhydraté des poireaux et des oignons, ajouté du saumon en conserve et ajouté de la farine à la fin pour l’épaissir. Je garderai cette recette martienne pour la Terre, c’était bien bon.
J’ai fait la vaisselle avec Nuno et à 20h30, j’étais au lit. J’avais tellement mal partout… Mais j’ai lutté contre le sommeil pour commencer à dérusher toutes les images que j’ai faites depuis le début et écrire la vidéo de notre première semaine ici. Tellement hâte que vous voyiez ça…

After the EVA
The EVA was so exhausting that my whole body becames one single ache. The equipment is heavy, we were warm, and we had to bend and stand up again lots of time to do the measuring. I am learning to save my movements. Nothing moves unless it has a purpose.
I had to cook dinner and do the dishes. I made pastas with Louise. It’s not easy without tomato sauce nor cream… We took milk, we rehydrated onions and leek inside, added salmon and then put some flour in it to thicken it up. I’ll keep this Martian recipe for Earth, it was really good.
I did the dishes with Nuno and I was in bed at 8:30. My whole body hurt so much… I tried not to sleep to check all the videos I made with my camera since we arrived and started to write our first week video. I’m looking forward so much to showing it to you…

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s